Responsables : Sylvain Laubé et Stéphane Tirard

Travaux consacrés à des objets dont l'identité est marquée par une interaction avec l'homme ou à des dispositifs complexes pouvant intégrer une dimension organisationnelle et sociale (l'espace portuaire comme système technique complexe, le végétal modifié comme artefact).

Objets, méthodes et systèmes médicaux


A - Programme DataSanté : Médecine personnalisée et données en grand nombre : enjeux d'une nouvelle pratique
Programme régional Dynamiques scientifiques financé par la région Pays de la Loire et l'Université de Nantes : 2017-2021
Responsable : Stéphane Tirard
Chargée de projet : Karine Le Jeune
Liste des participants sur le site du programme


Site du programme DataSanté

L'émergence à court terme d'une médecine personnalisée fondée sur l'utilisation de données en grand nombre (big data) constitue une transformation considérable des pratiques médicales et des concepts sous-jacents.
Ce projet interdisciplinaire (SHS-biologie-médecine), soutenu par la région Pays de la Loire et l'Université de Nantes et hébergé par la Maison des Sciences de l'Homme Ange Guépin, se propose de décrire et d'analyser la nature et les développements des outils numériques d'exploitation de ces big data et leur impact sur les changements de paradigme et les transformations des pratiques liées à la mise en œuvre de la « médecine personnalisée ».

Le programme DataSanté est financé par la région des Pays de la Loire.
 
B - Apparition et activités des laboratoires d’analyse médicale et vétérinaire, en lien avec l’évolution scientifique et sociétale du début du 20e siècle
Responsable : Hervé Sebagg
La révolution conceptuelle médicale à la charnière des XIXe et XXe siècles a créé une demande en moyens diagnostiques, suscitant l’apparition de laboratoires d’analyses médicales. L’étude, d’après diverses archives,  de l’ « Institut Pasteur de Loire Inférieure », et de ses équivalents en France, permettent une approche diachronique et synchronique de l’apparition et l’activité de ces structures socio-techniques.

Énergies, techniques et sociétés


Responsable Anaël Marrec
Participant·e·s : Étienne Delaire, Gaëtan Fustec, Gaëtan Levillain, Paul Naegel, Pascal Robert, Pierre Teissier

Le programme Energies, techniques, sociétés, analyse des objets techniques et leurs relations avec les sphères politiques, sociales, culturelles et environnementales en Europe depuis le XVIIIe siècle. Il propose une focalisation particulière sur les techniques de l'énergie, et sur l'inscription des convertisseurs dans le monde contemporain : machines thermiques (E. Delaire) et marémotrices (P. Naegel), convertisseurs solaires et piles à combustible (P. Teissier), machines électriques (P. Robert, thèse récemment soutenue de D. Robineau), énergies renouvelables (A. Marrec). La thèse de G. Levillain commencée en septembre 2019 étudie l'histoire de l'industrialisation du bois dans la seconde partie du XXe siècle au travers des trajectoires historiques de produits boisés caractéristiques (palettes de manutention, panneaux dérivés, mobilier en kit ...) et de terrains localisés (l'enrésinement du Morvan) à l'aune de leurs dimensions techniques (la mécanisation du travail du bois), sociales (la transformation du travail des ouvriers et des artisans) et environnementales (les enjeux écologiques de l'"enrésinement"). Enfin, la thèse en cours de G. Fustec aborde la question des techniques à travers l'habitat participatif. Elle analyse l'évolution des méthodes de gestion de biens mis en commun ainsi que des modes de prise de décisions collectives employés par différents groupes de projets d'habitat au cours de ces 60 dernières années.

Description plus détaillée du programme
 

Lieux de savoirs : institutions et territoires


A - Nanthématiques : mathématiques et mathématiciens nantais à l'époque contemporaine
Responsables : Jenny Boucard et Colette Le Lay

Participant·e·s : Anne Boyé, Anne-Sandrine Paumier, Thomas Préveraud (Laboratoire de mathématiques de Lens), Norbert Verdier (GHDSO, Orsay)

L'objectif de ce projet est d'interroger le développement des mathématiques dans la région nantaise à l'époque contemporaine (second XVIIIe siècle - XXe siècle). Au-delà de sa position géographique, une spécificité nantaise est l'absence d'université entre la Révolution française et les années 1960. Quels sont alors les lieux et les modalités des mathématiques nantaises durant cette période ? L'impact de la (re)création de l’université de Nantes sera aussi étudié. Ce projet fait écho aux différents travaux sur les offres locales d'enseignement (voir par exemple le séminaire organisé par le GHDSO et le programme Maths in Metz) et vise à participer à l'établissement d'une histoire locale et sociale des mathématiques pour la région nantaise, en croisant notamment des approches institutionnelles, géographiques, prosopographiques, biographiques. Actuellement, trois axes sont travaillés dans le cadre de ce projet.

  • Quelles mathématiques pour quels publics à Nantes avant la recréation de l’université ? Un premier objectif de cette partie est de produire une prosopographie des acteurs nantais liés aux mathématiques et de dresser une cartographie des mathématiques nantaises pour la période 1750-1950. Pour cela, nous nous appuyons notamment sur les archives locales, la presse nantaise, les travaux historiens sur l’université de Nantes, ainsi que sur plusieurs bases de données prosopographiques et de périodiques mathématiques.
  • Création et transformation d’un lieu mathématique à la Faculté des Sciences de Nantes : du « service de mathématiques » au « laboratoire de mathématiques Jean Leray » (1960’-2010’). Ce travail actuellement mené par Jenny Boucard et Anne-Sandrine Paumier vise à étudier la place de l’enseignement et de la recherche en mathématiques au sein de l’université de Nantes dans le second XXe siècle et de la constitution d’un laboratoire de recherche. Nous analysons comment une communauté de mathématiciens s’est progressivement organisée et intégrée dans son environnement local, régional et national et  la manière dont un service d’enseignement des mathématiques s’est progressivement transformé en un laboratoire de recherche. Nous nous appuyons pour cela sur les archives universitaires disponibles et une série d’entretiens effectués avec des mathématiciens du laboratoire Jean Leray. L’analyse de ces entretiens permettra de poser la question d’une éventuelle mémoire collective propre au laboratoire, et des effets induits sur les souvenirs des témoins interrogés.
  • Éditeurs et éditions mathématiques à Nantes (période contemporaine)
B - Les systèmes scolaires et universitaires comme écosystèmes
Responsable : Jean-Luc Le Cam

Notre approche de l’histoire de l’éducation et des savoirs fait une large place à la recherche des éléments explicatifs extérieurs aux instances institutionnelles et à leur production normative ou aux seules logiques internes des champs disciplinaires en construction. Elle intègre les déterminants économiques, sociaux, culturels ou religieux et cherche à comprendre comment ces éléments interagissent, avec les contraintes fonctionnelles, pour faire système. D’où l’emploi du concept heuristique d’écosystème, appliqué aux systèmes scolaires et universitaires, pour expliquer leur dynamique ou leur stabilité sous l’action combinée de forces et d’acteurs.

Nous l’appliquons sur différents objets de recherche et plusieurs aspects du système scolaire et universitaire.

Description plus détaillée du programme
 

Histoire des paysages industriels et maritimes


A - Histoire et patrimoine des Paysages Industriels Culturels Sensoriels (PICS)

Responsables : Sylvain Laubé (CFV et CERV) et Ronan Querrec (CERV/LabSTICC)

Laboratoires partenaires : Lab-STICC (UMR 6285), CERV (Centre Européen de Réalité Virtuelle), Musée des Arts et Métiers-CNAM, FEMTO-ST/RECITS (UMR 6174)/UTBM, LS2N (UMR CNRS 6004)/Ecole Centrale de Nantes, MSH-LE, CREDA (UMR 7227)/Paris Sorbonne Nouvelle

Participants : Isabelle Astic (CNAM/MAM), Marina Gasnier (FEMTO), Jean-Louis Kerouanton, Florent Laroche (LS2N), Sylvain Laubé, Mylène Pardoën (MSH-LE), Ronan Querrec (CERV), Nicolas Richard (CREDA),  Marie-Morgane Abiven, Pierre Mahieux (doctorant ENIB/CERV)

Présentation complète du programme et de son séminaire sur la page dédiée.

­­­­­B - Histoire des Sciences et techniques de la mer et du littoral aux XIXe et XXe : La poursuite de la Conquista et la violente fabrique de l'environnement marin


Responsable :  Hervé Ferrière

  • Risques et aléas (pollutions marines)
  • Sciences et droit de la mer

Voir la description de cette thématique, qui s'inscrit majoritairement dans l'axe 1 «  Concepts et théorie ».

C - Les humanités numériques appliquées à l'étude comparative de l'impact urbain et régional de la modernisation technologique des ports d'outre-mer de France et d'Argentine (ECOS-Sud)

Responsable : Bruno Rohou, chercheur associé au Centre François Viète
Institutions impliquées : Centre Viète-UBO & Instituto de Estudios Históricos Económicos Sociales e Internacionales (IDEHESI, Argentine)
Recherche soutenue par le programme de mobilité ECOS-Sud (depuis mars 2019)

Le projet a deux objectifs. Le premier est de produire des études historiques comparatives visant à promouvoir la conservation et la valorisation des paysages culturels portuaires dans le cadre de la science participative. Le second objectif est d'apporter une aide à la décision pour les opérateurs des zones portuaires dans la gestion de leur patrimoine et sa valorisation d'un point de vue socio-économique.

Événement à venir :
Organisation du 6e Colloque international sur le patrimoine portuaire du 20 au 22 octobre 2021 à Campana, Province de Buenos Aires, Argentine.


Publications récentes :
Bruno Rohou, Miguel de Marco, Gustavo Chalier & Martin Petersen, « Modernisation de rivages techniques entre l’Argentine et la France : les ports de Rosario, Arroyo Pareja, Mar del Plata et Quequén (1900-1930) », Cahiers François Viète (2020), III-8, p. 91-116.